Index égalité hommes-femmes : un premier bilan

 Dans Non classé

En 2018, la Loi pour la Liberté de choisir son avenir professionnel a instauré l’obligation pour les entreprises de publier un index relatif à l’égalité salariale hommes-femmes au sein de leur effectif. Ce bilan établi chaque année doit permettre d’identifier les écarts de rémunération entre les hommes et les femmes. Composé de 5 critères, cet index est noté sur un total de 100 points, avec un seuil minimal de 75 points.

Les entreprises comptant plus de 1.000 salariés sont tenues de calculer cette donnée depuis le 1er mars 2019, tandis que les entreprises comptant plus de 250 salariés sont tenues de le faire depuis le 1er septembre 2019. Au 1er mars 2020, les entreprises comptant au moins 50 salariés seront également concernées.

17% des entreprises dans le rouge

Les données récoltées permettent de tirer de premières conclusions de cet exercice. Ainsi, les PME ont obtenu une moyenne de 82 points, tandis que les entreprises de plus de 1. 000 collaborateurs ont obtenu une moyenne de 83 points. Sur les 1. 240 entreprises de plus de 1 .000 collaborateurs, 99 % ont publié leur indice égalité au 1er mars, tandis que 68% des 5.200 entreprises comptant entre 250 et 999 salariés se sont pliées à cette obligation au 1er septembre. Près de 17% des entreprises ayant publié leur index égalité affichent une note inférieure à 75 sur 100, minimum fixé par le législateur.

Dans ce contexte, le ministère du Travail a choisi de valoriser les 167 entreprises ayant obtenu un score de 99 et 100 points en publiant leur nom sur son site internet. Parmi les entreprises comptant plus de 1 .000 salariés, sept ont obtenu la note maximale, tandis que 31 ont atteint 99 points. Parmi les entreprises de taille plus modeste, 16 totalisent 100 points, et 113 en comptent 99. La plus mauvaise note enregistrée est de 45 points sur 100. À date, les noms des entreprises obtenant les notes les plus faibles ne sont pas rendus publics.

L’Inspection du travail a cependant décidé d’intensifier ses contrôles qui devraient atteindre les 7 .000 d’ici la fin de l’année. Les entreprises qui ne publieraient pas leur index, ou qui n’adopteraient pas de plan de correction dès la première année en cas de note inférieure à 75 points, s’exposeraient ainsi à une pénalité financière pouvant aller jusqu’à 1 % de leur masse salariale.

Pour toute information sur le PV de CE, de CSE, de CHSCT, etc. n’hésitez pas à nous contacter.

Tous les mardis, retrouvez nos articles sur l'actualité sociale dans la rubrique Actualités.

http://www.lefigaro.fr/flash-eco/index-egalite-femmes-hommes-17-des-entreprises-dans-le-rouge-en-france-20190917

Derniers articles
Nous contacter

Remplissez ce formulaire de contact et nous vous recontacterons au plus tôt.